Pierre Ayot

Montréal (Québec), Canada, 1943 - Berthierville (Québec), Canada, 1995

Depuis la fin de ses études à l’École des beaux-arts de Montréal, en 1963, où il devient l’un des assistants d’Albert Dumouchel, Pierre Ayot élabore une œuvre graphique importante, dont les prolongements ultérieurs hors cadre, demeurés fidèles à sa démarche d’origine, interrogent avec persistance les habitudes perceptuelles et déjouent les mécanismes de la représentation. Dans l’esprit du pop art, l’imagerie, d’abord empruntée à la bande dessinée et à la culture médiatisée, se précise dans l’éloge plastique de l’objet quotidien, banal et usuel. En 1966, Ayot cofonde les Ateliers libres 848 qui deviendront, en 1970, l’Atelier Graff. Ce centre d’artistes autogéré s’imposera comme l’une des plaques tournantes de l’art graphique à Montréal et au Québec. En privilégiant les procédés sérigraphiques à partir de 1967, Ayot entreprend de confronter le réel et son illusion. On constate dans son œuvre l’exaltation relative et humoristique du motif retenu de même que le défi critique à la planéité de l’espace sérigraphique. Dès 1972, il incorpore l’objet tridimensionnel à la morphologie d’une œuvre éclatée, marquant ainsi les fictions de la fonction mimétique.