Olafur Eliasson au MAC

Maison des ombres multiples

Montréal, le 20 juin 2017 – Le Musée d’art contemporain (MAC) est fier d’accueillir pour la première fois en ses murs et pour la première fois en exposition individuelle au Canada, l’artiste islando-danois de renommée internationale, Olafur Eliasson. L’artiste présente au MAC l’exposition Maison des ombres multiples, une expérience hautement participative et immersive dans laquelle le spectateur se retrouve au centre des œuvres. Du 21 juin au 1er octobre 2017, le MAC invite ainsi les visiteurs à littéralement entrer dans l’œuvre de l’artiste et faire l’expérience d’installations où se marient lumière, mouvement et exploration de l’espace.

Quand le spectateur devient participant

Véritable figure de proue de l’art contemporain, Olafur Eliasson a exposé à travers le monde des installations à grand déploiement prenant d’assaut les espaces publics autant que les galeries et les musées, et interrogeant la relation que nous entretenons avec le monde, l’environnement, le temps et l’espace. Depuis le milieu des années 1990, il réalise, avec la collaboration de son studio à Berlin, des dispositifs qui font appel à nos mécanismes de perception de la lumière et des phénomènes naturels.

Par le biais d’œuvres épurées et immatérielles où sont étudiés corps, mouvement, perception de soi et de l’environnement, Olafur Eliasson place le spectateur au centre de ses créations. Plutôt que de recevoir l’œuvre, ce dernier se trouve à l’activer par sa présence et en devient l’acteur. De cette façon, plusieurs de ses installations dirigent notre attention non seulement sur ce qu’on voit, mais sur notre manière de regarder, et font en sorte, comme le dit l’artiste, qu’on « se voit en train de regarder ».

Fidèle aux lignes génératrices de la pratique d’Eliasson, l’exposition Maison des ombres multiples au MAC offrira une sélection d’œuvres significatives qui permettra de saisir la démarche exceptionnelle de cet artiste unique.

Eau et lumière omniprésentes

Le travail d’Olafur Eliasson met de l’avant des œuvres qui par leur nature sont souvent intangibles. Ce sont les jeux de lumière, les illusions d’optique, les principes scientifiques et les éléments météorologiques qui sont les sujets clés de ses installations. Dans le cadre de cette exposition, c’est notamment l’eau et la lumière qui occupent une place prépondérante.

L’exposition s’ouvre et se clôt avec deux pièces où l’eau crée des effets de lumières qui en retour, évoquent des temporalités opposées : Big Bang Fountain, 2014, utilise une lumière stroboscopique pour transformer un jet d’eau en une sculpture momentanée, alors que Beauty, 1993, présente le spectre lumineux sous forme d’arc-en-ciel oscillant qui émerge d’un rideau de bruine continuellement éclairé. La première œuvre offre une séquence fugitive apparemment sans fin et constamment changeante de compositions fugaces, alors que la seconde consiste en un phénomène continu, bien que fuyant, qui ne peut être perçu que lorsque le spectateur se trouve dans un endroit précis.

L’œuvre centrale qui donne son titre à l’exposition explore avec ampleur la relation qu’entretient le visiteur avec l’architecture et la lumière : Multiple shadow house, 2010, est un pavillon composé de murs faits d’écrans sur les deux faces desquels un éclairage projette, dans une palette de couleurs et sous des angles différents, les ombres des visiteurs. L’installation reproduit le minimalisme de l’espace muséal, tout en permettant aux visiteurs de voir le jeu d’ombres fortuites et éphémères d’autres visiteurs qui se trouvent de l’autre côté des murs en apparence opaques.

Nouvelle acquisition du MAC, Your space embracer, 2004, explore la lumière d’une autre façon en proposant une expérience où la lumière, frappant un anneau vertical, se projette de manière indirecte sur les murs et le plafond de la salle. Un peu à la façon d’un magicien qui révèle ses secrets, Eliasson propose ici à la fois le résultat surprenant d’un effet de lumière, ainsi que la structure qui mène à ce résultat.

 Pour se plonger dans l’univers de cet artiste

www.olafureliasson.net

@studioolafureliasson

 Ce qu’on a dit de lui :

 « […] Olafur Eliasson a un parcours impressionnant au cours duquel il crée un art accessible, résolument excitant et qui engage le public de façon tout à fait réjouissante. »

–  The Guardian

 

Citations

 « Votre ombre que vous apercevez sur le mur est une preuve irréfutable de votre présence dans l’espace. C’est une conséquence de votre existence à cet endroit. Maintenant, si vous choisissez de suivre cette ombre, des phénomènes inattendus commencent à se produire. L’ombre vous demande de bouger différemment. Vous devenez activé par votre propre ombre, de telle sorte qu’elle n’est plus une conséquence de votre présence dans l’espace, mais que vous devenez la conséquence de sa présence. Dans un renversement de perspectives et un assouplissement des restrictions sociales auxquelles nous sommes habitués, votre ombre suggère des actions et des mouvements qui sortent des façons conventionnelles de bouger dans un espace d’exposition. Si vous la suivez attentivement, vous pourriez peut-être même vous mettre à danser. »

– Olafur Eliasson, artiste


« Pour cette première et très attendue exposition en solo au Canada, le MAC se réjouit de présenter une sélection concise, mais significative, d’œuvres créées depuis 1993 à aujourd’hui, révélatrices de la pratique singulière de l’artiste qui marie conception, ingénierie et exploration scientifique. [Olafur Eliasson] nous entraîne dans une découverte perceptuelle saisissante, explorant la relation de notre corps avec l’espace, la lumière et le mouvement par le jeu récurrent d’effets créés par les ombres, l’eau et les phénomènes naturels. »

– John Zeppetelli, directeur général et conservateur en chef du MAC

 
« Ces réalisations multidisciplinaires prennent la forme d’expériences immersives grâce auxquelles les liens entre le corps, le mouvement et la perception de soi sont explorés à même un environnement. Plusieurs de ses installations portent notre attention non seulement sur ce qu’il y a à voir, mais aussi sur notre façon de regarder, créant des situations que l’artiste appelle « se voir en train de regarder ». »

– Mark Lanctôt, conservateur au MAC et commissaire de l’exposition Maison des ombres multiples

 

 À signaler

  • Cette exposition est la première présentation individuelle d’Olafur Eliasson au Canada.
  • L’artiste a donné une conférence gratuite à l’Université Concordia le 19 juin, où il a discuté de son œuvre, de sa démarche artistique et de cette exposition.
  • Dans le cadre de cette exposition, le MAC organise deux visites commentées par le commissaire Mark Lanctôt le mercredi 28 juin à 18 h (en français) et à 19 h (en anglais).
  • Au cours de l’été, quatre invités spéciaux proposent une interprétation libre de l’exposition Olafur Eliasson. Maison des ombres multiples. Ces visites commentées durent une heure et débutent à 18 h: Alexander Pilis, architecte et artiste, le jeudi 29 juin (en anglais); Aseman Sabet, commissaire indépendante, le jeudi 6 juillet (en français); Anja Bock, historienne de l’art le jeudi 10 août (en anglais); et Michel de Broin, artiste, le mercredi 13 septembre (en français).

 

Biographie

Né en 1967, Olafur Eliasson a grandi au Danemark et en Islande. Après des études à l’Académie royale des arts du Danemark, il s’installe en 1995 à Berlin où il fonde le Studio Olafur Eliasson qui regroupe aujourd’hui quelque 90 artisans, artistes, techniciens spécialisés, informaticiens, architectes, archivistes, administrateurs, graphistes, cinéastes et cuisiniers.

En 2003, Eliasson a représenté le Danemark à la 50e Biennale de Venise et a présenté The Weather Project au Tate Modern, à Londres, une installation spectaculaire vue par deux millions de visiteurs. Take Your Time: Olafur Eliasson, une exposition-bilan organisée en 2007 par le San Francisco Museum of Modern Art (SFMOMA), a circulé jusqu’en 2010 dans divers lieux de présentation, dont le Musée d’art moderne de New York. En 2014, son exposition Contact a inauguré la Fondation Louis Vuitton à Paris. En 2016, Eliasson a créé une série d’interventions pour le palais et les jardins de Versailles, notamment une gigantesque cascade artificielle dans l’axe du Grand Canal.

Parmi les projets dans l’espace public d’Eliasson, mentionnons les façades cristallines de Harpa, la salle de concert et le centre de congrès de Reykjavik (2011); Cirkelbroen (Pont circulaire) à Copenhague, au Danemark (2015); et Ice Watch, œuvre créée à l’occasion de la conférence sur le climat COP21 et pour laquelle Eliasson a fait venir des morceaux d’icebergs du Groenland jusqu’à Paris où ils ont fini de fondre (2015).

Avec l’ingénieur Frederik Ottesen, Eliasson a fondé l’entreprise sociale Little Sun en 2012. Ce projet global produit des lampes solaires et des chargeurs mobiles, utilisables dans les communautés autoproductrices, et fait prendre conscience du besoin d’élargir l’accès à l’énergie durable au plus grand nombre. En 2014, Eliasson et Sebastian Behmann, son collaborateur de longue date, ont fondé un bureau international d’art et d’architecture, Studio Other Spaces, qui se concentre sur des projets de construction interdisciplinaire et expérimentale et sur des œuvres dans l’espace public.

 Commissariat

 Le commissaire de l’exposition est Mark Lanctôt, conservateur au MAC.

Une présence à la Boutique du MAC

 Pour souligner le passage d’Olafur Eliasson au MAC, deux livres de l’artiste seront disponibles à la Boutique du MAC. Studio Olafur Eliasson, publié aux éditions Taschen, se détaillera 77,95 $. Unspoken spaces, publié par Thames and Hudson, sera offert au coût de 123,00 $. Les visiteurs pourront aussi se procurer la lampe de l’entreprise sociale de l’artiste, Little sun, au coût de 39,95 $.


 Remerciements

Le Musée d’art contemporain de Montréal (MAC) est une société d’État subventionnée par le ministère de la Culture et des Communications du Québec et il bénéficie de la participation financière du ministère du Patrimoine canadien et du Conseil des arts du Canada.

Le Musée remercie aussi sincèrement la Tanya Bonakdar Gallery pour son généreux prêt d’œuvres et sa collaboration dans la conception de cette exposition.

Le Musée remercie également ses partenaires Loto-Québec et Ubisoft Montréal, ainsi que ses partenaires médias La Presse et Publicité Sauvage.

Aussi au MAC : À la recherche d’Expo 67

 En même temps que l’exposition d’Olafur Eliasson et pour marquer le 50e anniversaire d’Expo 67, le MAC présente une importante exposition de nouvelles œuvres créées par des artistes québécois et canadiens, inspirées de la célèbre exposition universelle. La présentation se déploie sur trois fronts : la création de nouvelles œuvres ; la recréation d’œuvres de 1967 avec les technologies d’aujourd’hui et l’activation de contenus d’archives. 

À la recherche d’Expo 67 offre ainsi aux artistes l’occasion unique de fouiller ce terreau fertile pour produire des œuvres qui interpelleront le public actuel. Les commissaires de l’exposition sont Lesley Johnstone, chef des expositions et de l’éducation, et Monika Kin Gagnon, chercheure, commissaire et auteure, codirectrice du groupe de recherche CinemaExpo67 de l’Université Concordia. Du 21 juin au 9 octobre 2018.

Musée d’art contemporain de Montréal

 Situé au cœur du Quartier des spectacles, le Musée d’art contemporain de Montréal fait vibrer l’art actuel au centre de la vie montréalaise et québécoise. Lieu vivant, le MAC assure, depuis plus de cinquante ans, la rencontre entre les artistes locaux et internationaux, leurs œuvres et un public toujours plus vaste ; lieu de découvertes, le Musée propose aux visiteurs des expériences sans cesse renouvelées, souvent inattendues et saisissantes. Le MAC présente des expositions temporaires consacrées à des artistes actuels – pertinents et marquants – qui sont des témoins privilégiés de notre société, de même que des expositions d’œuvres puisées dans la riche Collection permanente qu’abrite l’institution. Ici, toutes les formes d’expression sont possibles : œuvres numériques et sonores, installations, peintures, sculptures, œuvres immatérielles, et autres. Offrant un éventail d’activités éducatives qui familiarisent le grand public avec l’art contemporain, le MAC est aussi l’instigateur de performances artistiques uniques et d’événements festifs. Voilà une fenêtre ouverte sur mille expressions d’avant-garde qui font rayonner l’art dans la ville et dans le monde.


Source et renseignements

Roxane Dumas-Noël
Responsable des relations publiques
[email protected]
Tél. : 514 847-6232

En lien

Cheryl Sim, Un jour, One Day, 2017
Exposition passées

À la recherche d’Expo 67

Le
Olafur Eliasson, Big Bang Fountain, 2014
Exposition passées

Olafur Eliasson

Le

Autres communiqués

Voir tout

À ne pas manquer