Aller directement au contenu

Shirin Neshat

Soliloquy, 1999

Film 16 mm couleur transféré sur 2 DVDs, 2 écrans, 17 min. 33 sec., son, 5/6

Composée de deux films projetés sur des écrans opposés, l’installation vidéographique et sonore Soliloquy évoque la problématique de l’identité dans l’exil. Reprenant l’image d’une femme voilée, centrale à l’œuvre de Shirin Neshat, chaque film suit la promenade d’une protagoniste (jouée par l’artiste) déchirée entre deux cultures : l’une associée à une métropole occidentale (New York), et l’autre, à une ville du Moyen-Orient. Ce face-à-face instaure un jeu de relations et, bien que les deux films soient structurés en parallèle, l’action se produit souvent en alternance. Ainsi, lorsqu’un personnage se déplace en différents lieux, l’autre demeure généralement inactif et semble contempler son alter ego qui défile sur l’écran opposé. Le spectateur est systématiquement placé au centre d’un dialogue narratif et visuel puissant, issu de tensions qui se rejoignent au croisement de deux mondes. Est et Ouest sont explicitement confrontés, leurs idéologies respectives, incarnées dans les représentations de constructions traditionnelles ou hypermodernes, évoquant à la fois religion et laïcité, sphères publique et privée. L’artiste joue la carte de l’ambiguïté, soulevant malgré les différences visibles des points communs entre ces deux cultures. Faisant référence à l’expérience intime de Shirin Neshat en tant que femme musulmane exilée et, plus largement, aux thèmes universels d’aliénation, de dislocation culturelle et de quête d’identité, l’œuvre engage une réflexion sur la perte, la mémoire et le sens profond de l’être. Soliloquy est bien un monologue, un entretien avec soi-même.

Portait de Shirin Neshat.

Shirin Neshat

Née à Qazvin, Iran, en 1957

Découvrez cette artiste