Aller directement au contenu

Edgar Arceneaux

au

Dans ses sculptures, dessins, installations, performances et films, Edgar Arceneaux combine divers récits afin de porter un regard critique sur les idées reçues, complexifiant ainsi les constructions du savoir. Matériellement élaborées, ses œuvres explorent les questions de race et de mémoire, mettent en lumière les liens entre le passé et le présent, et proposent des contre-récits qui incluent le spectateur physiquement, émotionnellement et psychologiquement. Le MAC présente deux œuvres de l’artiste Edgar Arceneaux, basé à Los Angeles : l’installation vidéo Until, Until, Until… (2015-2017) et l’environnement sculptural The Library of Black Lies (2016).

The Library of Black Lies est une cabane en bois dont l’intérieur labyrinthique montre des étagères bourrées de livres qui semblent calcinés ou incrustés de sucre, sur fond miroir en Mylar. La sélection énigmatique de livres reflète le cheminement intellectuel, historique et artistique d’Arceneaux. Elle comporte des encyclopédies, des bibles, des publications sur l’art et sur la théorie de l’art, ainsi que des textes d’éminents penseurs afro-américains ou portant sur des personnalités médiatiques telles qu’Oprah Winfrey et Bill Cosby. Dans plusieurs cas, Arceneaux a modifié les titres des livres et les noms des auteurs, introduisant ainsi une touche d’humour et une dimension critique à la bibliothèque, engageant les regardeurs à s’interroger sur ce qu’ils voient. The Library of Black Lies nous emmène en voyage dans l’esprit de l’artiste qui explore des moments marquants de l’histoire afro-américaine récente.

Until, Until, Until… existe sous forme d’installation vidéo et de performance. L’œuvre porte sur un épisode particulièrement complexe de l’histoire américaine récente. À l’occasion du gala d’inauguration de la présidence de Ronald Reagan, en 1981, l’acteur de Broadway Ben Vereen s’était déguisé en Noir (« blackface ») pour rendre hommage au comédien de vaudeville bahamo-américain Bert Williams (1874-1922), soulignant ainsi le fait que Williams avait été contraint de se grimer de noir durant toute sa carrière. Au milieu de son numéro, Vereen a commencé de retirer son maquillage, plaçant son auditoire résolument républicain devant un passé honteux, marqué de stéréotypes raciaux et de violations des droits de la personne. Malheureusement, la diffusion télévisée de l’événement, le lendemain, omettait la deuxième partie de la présentation de Vereen, escamotant ainsi sa portée critique et faisant dérailler la carrière de l’éminent acteur pour plusieurs décennies. Arceneaux reconstitue, reconstruit et déconstruit habilement l’événement en exposant le point de vue de Vereen et en s’insérant dans le récit. En cette époque de sensibilité exacerbée, où les questions d’appropriation culturelle font l’objet de débats animés et où les cas de « blackface » se multiplient dans l’actualité, le travail pénétrant d’Arceneaux nous invite à considérer le rôle de l’art et des artistes dans le combat contre les idées préconçues et la mise au jour des contradictions et des ambiguïtés souvent négligées.


Biographie

Edgar Arceneaux est né en 1972 à Los Angeles, où il vit et travaille. Il a été directeur du Watts House Project de 1999 à 2012, un organisme sans but lucratif de revitalisation du quartier. Plusieurs expositions en solo de ses œuvres ont été montées : au Yerba Buena Center for the Arts, à San Francisco ; à la Henry Art Gallery, à Seattle ; au MIT List Visual Arts Center, à Cambridge (Mass.) ; au Kunstverein d’Ulm, en Allemagne ; au Kunstmuseum de Bâle ; au Studio Museum Harlem, à New York ; et au Hammer Museum, à Los Angeles. Arceneaux a également participé à la Biennale du Whitney Museum of American Art, à New York, et à diverses expositions collectives, notamment au Mona Bismarck American Center et à la Galerie Thaddaeus Ropac, à Paris ; au Main Museum, Los Angeles ; au Orange County Museum of Art, Santa Ana (Calif.) ; au San Francisco Museum of Modern Art ; et au Museum Ludwig, à Cologne. Edgar Arceneaux est représenté par Vielmetter Los Angeles.

Commissaire(s)
Lesley Johnstone