Aller directement au contenu

Edgar Arceneaux, Until, Until, Until…, 2015

Oeuvre disponible en ligne du 15/07 au 31/08

Suite à l’annulation regrettable de l’exposition dédiée aux œuvres d’Edgar Arceneaux, artiste de Los Angeles, en raison de la crise du COVID-19, le MAC présente, dans le cadre de sa programmation numérique, le film de sa performance Until, Until, Until… originellement commandé par Performa New York pour sa Biennale 2015.

Le film sera présenté via le site Web du MAC du 15 juillet au 31 août 2020.

Until, Until, Until… porte sur un épisode particulièrement complexe de l’histoire américaine récente. À l’occasion du gala d’inauguration de la présidence de Ronald Reagan, en 1981, l’acteur de Broadway Ben Vereen rend hommage au comédien de vaudeville bahamo-américain Bert Williams (1874-1922). Déguisé en Noir (« blackface ») comme Williams aurait été contraint de le faire en son temps, Vereen confronte son auditoire résolument républicain à un passé honteux, marqué de stéréotypes raciaux et de violations des droits de la personne. Malheureusement, la diffusion télévisée de l’évènement, le lendemain, omet la portée critique de la prestation, faisant ainsi dérailler la carrière de l’éminent acteur pendant plusieurs décennies. Arceneaux reconstitue, reconstruit et déconstruit habilement l’évènement en exposant le point de vue de Vereen et en s’insérant dans le récit.

En cette époque où la reconnaissance mondiale de l’historicité de la brutalité policière, du racisme systémique et de l’appropriation culturelle font l’objet de débats animés, le travail pénétrant d’Arceneaux nous invite à considérer le rôle de l’art et des artistes dans le combat contre les idées préconçues et la mise au jour des contradictions et des ambiguïtés souvent mises de côté ou négligées.

Edgar Arceneaux est né en 1972 à Los Angeles, où il vit et travaille. Dans ses sculptures, dessins, installations, performances et films, Arceneaux combine divers récits afin de porter un regard critique sur les idées reçues et complexifiant ainsi les constructions du savoir. Matériellement élaborées, ses œuvres explorent les questions de race et de mémoire, mettent en lumière les liens entre le passé et le présent, et proposent des contre-récits qui incluent le spectateur physiquement, émotionnellement et psychologiquement. Il a été directeur du Watts House Project de 1999 à 2012, un organisme sans but lucratif de revitalisation du quartier. Parmi ses expositions individuelles notons ceux au Yerba Buena Center for the Arts, à San Francisco ; à la Henry Art Gallery, à Seattle ; au MIT List Visual Arts Center, à Cambridge (Mass.) ; au Kunstverein d’Ulm, en Allemagne ; au Kunstmuseum de Bâle ; au Studio Museum Harlem, à New York ; et au Hammer Museum, à Los Angeles. Edgar Arceneaux est représenté par Vielmetter Los Angeles et par la Galerie Nathalie Obadia à Paris.

Lesley Johnstone, commissaire


Cliquez ici pour consulter la liste des lectures suggérées

 

À ne pas manquer