Connue surtout pour ses sculptures hybrides de feutre et de laine, Luanne Martineau fait partie d’une génération d’artistes qui utilisent des techniques de l’artisanat et des matériaux traditionnels pour créer des œuvres d’art engagées, au formalisme étonnant.

Les sculptures de feutre longuement façonnées de Martineau sont pratiquement impossibles à décrire dans toute leur complexité visuelle et matérielle ; elles proposent une expérience qui oscille entre la fascination et la répulsion, le macroscopique et le microscopique. Cette exposition présente une douzaine d’œuvres récentes, notamment un livre d’artiste, des sculptures, des dessins, et ce que Martineau appelle des « drulptures », un mariage unique de ces deux dernières disciplines (drawing et sculpture).

Par le biais de son travail, Luanne Martineau s’investit dans une série de « conversations » avec différents « interlocuteurs » : l’expressionnisme abstrait, le postminimalisme, le féminisme, la culture populaire, la ruralité des Prairies et l’artisanat. Particulièrement intéressée par l’histoire de l’art, elle est une fervente lectrice des écrits d’artistes et déconstruit sciemment et systématiquement les fondements formels, critiques et idéologiques de l’avant-garde américaine depuis les années 1950. Ce faisant, elle orchestre des rencontres entre la nature brutalement organique de ses images et des formes associées au modernisme — les zips de Barnett Newman, les personnages bouche bée de Willem de Kooning, les cigarettes de Philip Guston — avec les techniques de l’artisanat, d’une façon qui déstabilise les fondements idéologiques de ses références. L’usage que fait Martineau du feutre aiguilleté et du feutre industriel lui permet de participer à ces conversations à distance, de l’extérieur des médiums traditionnels que sont la peinture et la sculpture, tout en entretenant un dialogue concomitant avec l’artisanat contemporain.

Biographie

Née à Saskatoon en 1970, Luanne Martineau est professeure adjointe en théorie et dessin à l’Université de Victoria, en Colombie-Britannique. Elle a été finaliste au prix d’art Sobey en 2009 et ses œuvres font partie de nombreuses collections, notamment celles du Musée d’art contemporain de Montréal, du Musée des beaux-arts du Canada et de la Vancouver Art Gallery.