Le Musée d’art contemporain de Montréal rend un vibrant hommage à Betty Goodwin, grande dame de l’art contemporain, décédée en 2008. 

Au fil des ans, le Musée a constitué un corpus extrêmement représentatif de l’ensemble de la carrière de Betty Goodwin. Dès 1973, le Musée acquiert ses estampes de « vestes » masculines, qui deviendront des icônes dans l’œuvre de l’artiste et, en 1976, il lui consacre sa première exposition, le bilan d’une quinzaine d’années de production. Trente ans plus tard, le Musée propose une relecture de l’ensemble de la carrière de l’artiste, à partir d’une quarantaine d’œuvres tirées de la Collection permanente du Musée qui mettent en lumière l’originalité et l’immensité de cette pratique multidisciplinaire : œuvres intimistes ou monumentales, dessins, gravures, collages, assemblages, peintures, sculptures et installations. Les grandes séries qui ponctuent la démarche de l’artiste témoignent de sa lecture poignante de la condition humaine : ainsi, les estampes explorant les vêtements – Gilets, Gants, Casquettes… – annoncent un thème qui sera récurrent dans son œuvre : celui de la trace et de l’absence, de l’autre et de soi ; les Nids révèlent à la fois la fragilité et la résistance ; Bâches et Cerfs-Volants sont des métaphores d’enveloppes ; Les Tombeaux et les Passages  explorent le thème de la transition ; les Nageurs sont suspendus entre noyades et remontées ; les Distorded Events témoignent de la cruauté humaine ; les ciels nuageux et tourmentés de la série Beyond Chaos propulsent l’être dans l’au-delà.

« Betty Goodwin, écrit Josée Bélisle, a longuement réexaminé les objets qui marquent notre temps et notre passage sur les territoires instables de l’existence. Une dimension intemporelle, voisine d’une éternité conquise, traverse l’œuvre de l’artiste disparue tout récemment. »