Aller directement au contenu

Fenêtre sur la création

90 Share on Facebook

Dans le cadre du projet Quand Françoise Sullivan nous inspire, les élèves de l’école Saint-Anselme ont travaillé à deux propositions artistiques différentes.

Certains se sont inspirés de l’œuvre Rideau Sonore que Sullivan a réalisé en 1965 avec des pièces d’acier et de fer. Les participants en ont repris le motif visuel et ont créé de petits tondos monochromes et texturés qui s’animent sous nos yeux. Pour d’autres participants, c’est l’œuvre Dégringolade qui a servi de point de départ. Dans cette pièce de 1978 réalisée en Irlande, Françoise Sullivan avait conçu une action performative qui consistait en l’empilement de pierres dans le cadre d’une fenêtre d’une maison abandonnée. Les élèves se sont inspirés de ce geste d’accumulation en travaillant cette fois à partir d’éléments recyclés. Les deux projets Rideau dansant et Fenêtre sur la nature ont été réalisés avec la technique de l’animation image par image.

École Saint-Anselme, Rideau dansant et Fenêtre sur la nature, présentées dans le cadre du projet Quand Françoise Sullivan nous inspire
Spécialiste en arts plastiques : Cathy Faucher

Quand Françoise Sullivan nous inspire est un projet de création et d’exploration de l’art contemporain. Des élèves de la 3e à la 6e année du primaire provenant de 7 écoles montréalaises situées en milieu défavorisé sont venus au MAC pour découvrir l’exposition Françoise Sullivan. En compagnie de médiatrices et médiateurs du Musée, ils ont pu saisir la grande variété de modes d’expression que l’artiste a employés tout au long de sa carrière. Les participants ont également découvert certains des thèmes et motifs récurrents de son travail tels que le geste, le corps, le mouvement, le cercle et la spirale. 

Accompagnés par leur spécialiste en arts plastiques, les élèves ont ensuite imaginé ensemble un projet inspiré par l’univers artistique de Sullivan. En classe, ils ont travaillé pendant plusieurs mois à l’élaboration d’une création collective dont nous présentons ici le résultat. Ce projet est réalisé en collaboration avec Une école montréalaise pour tous (ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur) et s’est déroulé dans le cadre de l’exposition Françoise Sullivan présentée au MAC du 20 octobre 2018 au 20 janvier 2019.

Questions? Impressions?

Autres articles récents

Ombres fabuleuses
Les complices

Ombres fabuleuses

À l’école Notre-Dame-des-Victoires, c’est l’ensemble de l’œuvre de Françoise Sullivan qui a inspiré les élèves. Pour la réalisation de leur création collective, ils ont d’abord peint une grande toile rouge à la manière des tableaux monochromes de Sullivan. Puis, le tissu a été utilisé pour créer des jeux d’ombres chorégraphiés où une succession de gestes nous permettent d’imaginer une histoire. Ensuite, la toile a été découpée et transformée en costume pour l’exécution d’une danse circulaire. […]

130
Tout de papier costumés
Les complices

Tout de papier costumés

Dans le cadre du projet Quand Françoise Sullivan nous inspire, les élèves de l’école Les-Enfants-du-Monde ont fabriqué des costumes entièrement réalisés en papier. On peut noter dans leur galerie de personnages des influences provenant de figures mythologiques qui sont présentes dans certains des tableaux plus figuratifs de Sullivan. Ornés de leurs parures, les élèves ont exploré la performance et le geste expérimental avant d’exécuter leurs mouvements chorégraphiques devant la caméra. École Les-Enfants-du-Monde, Sculptumes, présentée dans […]

96
Tondos animés
Les complices

Tondos animés

Je parle Chanoine est une création alliant peinture, danse et poésie réalisée dans le cadre du projet Quand Françoise Sullivan nous inspire.  Les élèves de l’école Chanoine-Joseph-Théorêt ont travaillé en équipe à la réalisation de grands tableaux circulaires. Ces tondos ont été réalisés autour de thèmes tels que les saisons, la galaxie, l’enfance, les animaux fantastiques et même les pierres précieuses. Inspirés par une performance intitulée Je parle que Françoise Sullivan a créée en 1993, […]

85