Cette exposition réunira des œuvres vidéo, des installations et des sculptures de l’artiste Mika Rottenberg (née en Argentine ; vit et travaille à New York). Trois installations vidéographiques, NoNoseKnows (2015), Cosmic Generator (2017) et Spaghetti Blockchain (2019) constituent le cœur de l’exposition, en compagnie d’objets sculpturaux insolites en résonance avec ces vidéos.

 

Une visite de l’exposition Mika Rottenberg  en compagnie de la commissaire Lesley Johnstone

Plongez au coeur de notre nouvelle exposition avec cette vidéo de Lesley Johnstone et découvrez les coulisses du fabuleux travail de l’artiste Mika Rottenberg.

Dans ses installations vidéographiques, Mika Rottenberg crée des rapports inusités entre corps et machines afin de scruter les réalités mondialement capitalistes qui sont dominées par la production, la distribution et la consommation effrénée d’objets. L’artiste décrit son travail comme un « surréalisme social », s’inspirant des écrits de Marx qu’elle réinterprète de manière poétique en créant des images qui semblent échapper à une logique narrative. Ce surréalisme social part du principe que la réalité est plus absurde que sa représentation. Visuellement surchargées et hypercolorées, ses œuvres soulignent les interactions entre le travail, l’économie et la production de valeur, ainsi que la façon dont nos relations affectives sont de plus en plus monétisées. L’artiste tisse des éléments documentaires à la trame fictive pour représenter les conditions de vie au sein de nos systèmes mondiaux, en déployant séduction, humour et subversion.

Dans ces œuvres, l’accomplissement d’actions physiques évoque la condition humaine à l’ère post-moderne : la production de biens dans d’étranges usines privilégiant des procédés de fabrication complexes ; des boutiques croulant sous des surplus de babioles ; des chaînes de production de perles d’eau douce exposant des conditions déplorables. En montrant les interactions entre corps et machines, Mika Rottenberg présente une allégorie de la capitalisation croissante de la vie biologique. En juxtaposant des productions corporelles (éternuements, sécrétions…) et des produits manufacturés, les vidéos exposent de manière ludique et transgressive les divisions genrées, raciales et géographiques qui sous-tendent les systèmes mondiaux.

NoNoseKnows

NoNoseKnows

En savoir plus

Filmée dans la province du Zhejiang en Chine, NoNoseKnows montre deux chaînes de production de perles d’eau douce où le travail s’accomplit dans des conditions moins qu’optimales, où une femme de taille impressionnante (l’actrice Bunny Glamazon) joue le rôle d’une superviseuse occidentale de l’usine. L’œuvre offre une allégorie subversive des pratiques du travail, telle que manifestée de façon spectaculaire par le personnage interprété par Glamazon qui, à chaque éternuement, produit un plat de pâtes.

Sous-titres descriptifs et vidéodescriptions disponibles  :

Visionner

Crédits : 

MIKA ROTTENBERG, 
NoNoseKnows (arrêt sur image), 2015. 
Installation vidéographique, son, couleur. 21 min 58 s. 
©Mika Rottenberg. Avec l’aimable permission de l’artiste et Hauser & Wirth. 

Cosmic Generator

Cosmic Generator

En savoir plus

Dans Cosmic Generator, Rottenberg propose une analogie ironique entre l’enjeu migratoire et la circulation à grande échelle des marchandises, montrant l’illogisme de notre société qui favorise et facilite l’entrée de pacotilles dans les pays, mais qui restreint celle des êtres humains. L’œuvre met en relation un système de tunnels entre la ville mexicaine de Mexicali, la ville californienne de Calexico et un marché d’articles en plastique situé à Yiwu, en Chine, où l’on découvre des boutiques soporifiques remplies d’un tas de babioles étincelantes.

Sous-titres descriptifs et vidéodescriptions disponibles : 

Visionner

Crédits : 

MIKA ROTTENBERG, 
Cosmic Generator (arrêt sur image), 2017. 
Installation vidéographique, son, couleur. 26 min 36 s. 
Commande du Skulptur Projekte Münster. Produit avec la généreuse participation du Louisiana Museum of Modern Art, Humlebæk, Danemark; du Outset Contemporary Art Fund, Londres, Royaume-Uni; et de la Polyeco Contemporary Art Initiative. Le Pirée, Grèce. 
©Mika Rottenberg. Avec l’aimable permission de l’artiste et Hauser & Wirth. 

 

Spaghetti Blockchain

Spaghetti Blockchain

En savoir plus

Spaghetti Blockchain commence par la mise en scène d’une chanteuse de gorge de la région de Touva dans une vaste prairie sibérienne. À mesure que se déroule le film, le son grave de sa voix dans le vaste paysage naturel se juxtapose à une imagerie extrêmement technique accompagnée d’un vrombissement électronique produit par le Grand collisionneur de hadrons (un accélérateur de particules), que Rottenberg a pu filmer lors de sa résidence au CERN, près de Genève. S’ensuivent diverses scènes étranges et colorées qui évoquent la satisfaction des vidéos RASM (réponse autonome sensorielle méridienne) : une main qui coupe une gelée et la fait fondre, une autre qui pétrit vigoureusement une pâte verdâtre et encore une autre s’amusant bruyamment avec des perles colorées.

Sous-titres descriptifs et vidéodescriptions disponibles :

Visionner

Crédits photos : 

MIKA ROTTENBERG,
Spaghetti Blockchain (arrêt sur image), 2019. 
Installation vidéographique, son, couleur. 18 min 14 s. 
Produit par le Museum of Contemporary Art Toronto; Arts at CERN, le programme artistique officiel du CERN (Conseil européen pour la recherche nucléaire), Genève. Avec le soutien de la Permanent Mission of the United States to the United Nations, Genève; du Sprengel Museum Hannover avec l’appui du Niedersächsische Sparkassenstiftung; et du New Museum, New York.  
©Mika Rottenberg. Avec l’aimable permission de l’artiste et Hauser & Wirth. 

Née à Buenos Aires, en 1976, Mika Rottenberg vit et travaille à New York. Elle a grandi en Israël avant de s’installer aux États-Unis où elle a obtenu un baccalauréat à la School of Visual Arts de New York et une maîtrise en arts visuels à l’Université Columbia en 2004. En 2018, elle a été lauréate du prix James Dicke Contemporary Artist remis par le Smithsonian American Art Museum, qui récompense un ou une artiste de moins de 50 ans ayant produit d’importants ensembles d’œuvres et faisant constamment preuve d’une créativité exceptionnelle. En 2019, Rottenberg a reçu le prix Kurt Schwitters qui récompense les artistes ayant apporté une contribution significative au domaine de l’art contemporain. Parmi ses expositions individuelles récentes, mentionnons Easypieces présentée au New Museum à New York, au Museum of Contemporary Art à Chicago et au MOCA à Toronto (renommé Spaghetti Blockchain) en 2019-2020, ainsi que Mika Rottenberg au Louisiana Museum of Modern Art à Humlebæk, au Danemark en 2021.

Elle est représentée par la galerie Hauser & Wirth.

Inspirée par l’exposition MIKA ROTTENBERG présentement à l’affiche, l’Équipe du MAC a assemblé une sélection d’ouvrages à ajouter à vos lectures d’été ! Cette liste, créée sur mesure pour vous, propose une réflexion sur certains des sujets centraux de l’exposition comme la consommation, le capitalisme, le matérialisme, le labeur et le rapport aux objets.

Découvrir notre liste d’ouvrages

L’exposition est développée en collaboration avec le Museum of Contemporary Art (MOCA), Toronto, où elle a été présentée en 2020.

Le projet de contenu vidéo accessibles est rendu possible grâce à une subvention du ministère de la Culture et des Communications dans le cadre de la mesure 3 du Plan d’action gouvernemental en culture 2018-2023, ainsi qu’à la collaboration du MCA Chicago.

 

Vidéo : Conversation entre Mika Rottenberg et Mahyad Tousi, modérée par Lesley Johnstone.

Dans le cadre de l’exposition Mika Rottenberg, le Musée a présenté une conversation entre Mika Rottenberg et l’artiste et conteur Mahyad Tousi  au Centre canadien d’architecture le jeudi 19 mai.

Voir la vidéo

Sous-titres descriptifs et vidéodescriptions des œuvres vidéo de Mika Rottenberg  :

Ces ressources visent à rendre les activités du MAC plus accessibles à la diversité capacitaire. 

Que sont les sous-titres descriptifs et les vidéodescriptions ?

Les sous-titres descriptifs décrivent les sons présents dans l’œuvre et sont conviviaux pour les S/sourds et les personnes malentendantes. Les vidéodescriptions sont des descriptions audios des éléments et des actions qui composent les vidéos et rendent ainsi une œuvre accessible aux personnes non-voyantes ou semi-voyantes.