Exposition à venir dès le 11 avril 2024.

femmes volcans forêts torrents est une exposition collective réunissant des œuvres d’asinnajaq, Jacynthe Carrier, Maria Ezcurra, Caroline Gagné, Anahita Norouzi, Nelly-Eve Rajotte, Sabrina Ratté, Sonia Robertson et Malena Szlam.

femmes volcans forêts torrents rassemble le travail de neuf femmes actuellement établies au Québec, dont les œuvres sont perméables aux territoires qu’elles investiguent. À l’écoute des éléments naturels sur lesquels elles posent leur regard et des communautés de vivants avec lesquelles elles entrent en relation, ces artistes enracinent leurs réflexions dans des écosystèmes diversifiés, depuis les eaux du fleuve Saint-Laurent jusqu’aux sols de la toundra.

Commissarié par : Marie-Eve Beaupré, commissaire invitée

SABRINA RATTÉ, Floralia, 2021
4 vidéogrammes couleur haute définition, projection en boucle, son et papier peint, 1/3 Collection du Musée d’art contemporain de Montréal.
Achat, grâce au Symposium des collectionneurs 2021, Banque Nationale Gestion privée 1859, et avec l’appui de BMO Banque de Montréal, Diane Boissonneault, Antoine Chagnon, Louise Chagnon-Bucheit, Sanimax, Guthrie Stewart, M. Vincent Chiara et Mme Stella Vassallo et la Famille Yoon-Shareck.
Photo : Hervé Veronese, avec l’aimable permission de l’artiste et du Festival Hors pistes, Centre Pompidou
© Sabrina Ratté

Elles nous sensibilisent à la fragilité de l’eau; nous font entendre les battements du cœur de la Terre et le pouls des volcans; nous rappellent que les arbres communiquent entre eux dans les forêts; que les oiseaux migrateurs sont chargés d’histoires de diasporas; que chaque plante porte le bagage des déplacements de son espèce; que chaque humain loge en lui un torrent.

À une époque où la lente disparition des glaciers s’accentue, où le nombre de vivants non humains diminue, nous devons exposer les traces amplifiées de leurs bruits et de leur fragile présence en tant que forme d’alerte perceptible. Bien que l’art ne puisse pas résoudre les problématiques écologiques actuelles, ces œuvres nous offrent des occasions de remédier à notre inattention et notre manque de sensibilité à l’égard des mondes diversifiés du vivant.